Haiku - tempslibres - Présentation de livre ...

Troisième rive
Jean-Claude Nonnet (跛 Bikko)

Jean-Claude Nonnet a une écriture particulière. Elle a, pour moi, les caractéristiques suivantes :

Ecriture minimaliste, légère et efficace. Elle utilise l'ellipse au maximum de ses possibilités : donner au lecteur juste les éléments qui posent le décor et rien de plus. Avec seulement un détail qui donne toute la force au haïku.

On y trouve une technique assez rare. Poser des éléments d'un mouvement, et laisser le lecteur reconstituer toute sa dynamique. Technique économique dans un espace si petit, mais difficile à réaliser. Elle a pour effet une appropriation plus importante par le lecteur. Celui-ci doit en effet reconstruire la scène avant de la comprendre et la ranger en mémoire.

La juxtaposition des éléments est la principale technique de construction. Ici, peu d'oppositions, de similitudes entre éléments destinées à créer de l'activité. Celle-ci naît de la simple mise en relation. Il s'en suit un style plus calme. On pourrait aussi dire plus "en silence". Le silence semble bien être un élément important et j'ai du relire plusieurs fois des haïkus pour constater qu'ils contenaient des sons tant l'impression de calme domine.

Je dis "calme" pas nécessairement "sérénité". En effet, pas mal de haïkus contiennent des images fortes, voire percutantes. L'auteur a le sens de l'image forte.

Il excelle, pour moi, dans le rendu des atmosphères.

J'ai bien aimé :

au  cri du corbeau
levant les yeux vers l'azur
quartier de lune
le givre fondant -
des continents inconnus
sur la pelouse

Un regard amusé sur les choses. Un éclairage différent qui rend ces choses "étranges".

roucoulements ~
tasses de café ridées
par un courant d'air

Le calme. Juste le minimum pour créer une atmosphère. La juxtaposition d'éléments, a priori sans relation, crée une relation particulière qui construit l'atmosphère.

sous la pergola ~
la vigne juste taillée
goutte à goutte

Atmosphère. Le temps lent, dans le silence.

vingtième année ~
la glycine du Japon
en bleu délavé

Haïku ambigu. Sabi ou allusion à une jeune femme ? Cette indécision lui donne un charme particulier et de la résonance.

le bol vide ~
de sa chaleur dans ma main
la rémanence

Juste le minimum. Cette grande pudeur qui effleure seulement le sujet donne la force à ce haïku. A remarquer, L3 comme élément essentiel. Elle résonne comme un écho qui prolonge l'atmosphère. Une belle matérialisation du discours.

dernière marche ~
l'arête d'un grand poisson
blanchissante

Image forte. Mise en rapport L1/L2-3. L'archétype de la Mort dynamise le haïku.

la brise amasse
de quoi faire un orage
~rumeurs de chantier

Et ne pas oublier l'humour. Ici, un comique de juxtaposition avec une rupture superficiel du discours (L2/L3) mais une continuïté profonde de sens (partage des sèmes de construction). A noter la temporisation en début de L3; peut-être pour retenir la comparaison, un peu risquée...

solstice d'été  ~
du crépuscule à l'aube
la moissonneuse

La construction mime le travail répétitif et harassant des moissons d'été, d'un bout à l'autre du champ. La moissonneuse y acquiert une dimension "cosmique" au travers du cycle du jour et de solstice, sommet de la Lumière. De nouveau, un effet de juxtaposition.

ruelle ombragée ~
l'impact d'une figue
et quelques pépins.

Un mouvement décrit par un minimum d'éléments. Pourtant, nous voyons tomber la figue en lisant le haïku. Il s'agit aussi ici d'un haïku sur le schéma "soudain". Quelque chose qui dure peu, se produit et nous sommes témoins de ce moment rare. Efficace.

repartie laissant
le corps d'un fou de bassan
~ marée de la nuit

Image forte née de la juxtaposition d'éléments et de l'archetype de la Mort. Noirceur et silence de l'image. Yugen.

vol de migrateurs ~
un klaxon impératif
brise l'instant

Ellipse. On a le début et la fin. On reconstruit le déroulé de la scène. Efficacité. Et subtilité, le rôle important du silence dans ce haïku. Où donc ? Justement dans la partie qui n'est pas écrite mais que l'on va reconstituer...

couvercle levé ~
l'insecte tourne en rond
sur la faïence

Une étrange image Bouddhiste. Image de notre vie à tourner en rond dans le fond d'un bol. Autre haïku du silence.

soleil oblique ~
des souffleurs thermiques
les rugissements

Juxtaposition efficace.

Revue par , 2017

couverture du livre

Troisième rive.

Haïku

Editions l'Harmattan, Paris ,
ISBN 978-2-343-03841-4
99 pages, format 21,5x13,5cm
Photo de Jean-Claude Nonnet
111 haïkus

Bikko : http://bikko6.wix.com/livres ; 12 euros