Haiku - tempslibres - Présentation de livre.

Suçons et réglisse rouge
Marie Dupuis

Un très beau recueil ! Une écriture capable de traiter toutes les situations de la vie. Des plus intimes aux plus dures. L'auteure démontre une belle maitrîse des techniques de l'écriture courte.

Je relève notamment :

- une écriture minimaliste caractérisée par l'ellipse, toujours très efficace dans cet espace réduit. Le propos central est absent mais signalé suffisament pour que le lecteur le reconstitue. Cette technique permet aussi d'ancrer plus largement le haïku dans la mémoire.

- la référence aux sons : un vrai festival des sons de la vie, dans des situations souvent humoristiques. Le son ajoute une dimension physique à l'écriture. Il la rend plus intense.

- la structure avec un pivot comme dans le haïku sur la fête des Mères. L2 appartient à la fois au sens de L1 et de L3. Il apporte une articulation de sens.

- l'utilisation de mots à double sens, un pivot sémantique. Très utilisé en japonais, elle permet d'enrichir considérablement sans ajout de mots. Presque toujours utilisé pour des raisons humoristiques.

L'auteure écrit aussi sur la Mort, de manière très brutale. C'est assez rare pour le signaler. Beaucoup confondent souvent le haïku avec une poésie légère.

En conclusion, un recueil riche avec des situations cocasses, des fragments de vie mais aussi des notes profondes et intenses qui en assurent la solidité.

J'ai particulièrement aimé :

les doigts silencieux
pianotent sur la table
l’heure des haïkus

Un haïku de sons dans le silence, humour que les haïkistes comprendront bien...

fête des Mères
roses rouges ou marguerites
pour orner sa tombe

Construction toute en opposition. Chute finale dure comme un couperet. Assez classique mais toujours efficace. L'originalité est cependant l'utilisation de L2 en pivot, relié à deux situations très différentes.

sous l’ardent soleil
délicieuses fraises des champs
mon panier toujours vide

Pas de recueil québecois sans les petits fruits rouges et spécialement les fraises. Discours en ellipse. En fait, l'essentiel n'est pas dit. Il en ressort donc plus. A noter, la structure en 2+1. L3 n'est pas une "explication" qui ferme le haïku comme on le voit souvent mais une ouverture.

plein de baies rouges
le sureau à l’étroit
entre deux hangars

Encore les fruits rouges. Mais ici, l'important c'est l'archétype de la Vie qui surmonte les obstacles. Une configuration souvent rencontrée et toujours efficace.

je l’ai revu
à la fête des Pères
il a vieilli

Autre discours en ellipse, ici très efficace. Le haïku est minimaliste, il laisse une grande ouverture finale afin que l'auteur le continue avec son vécu, ses impressions. Un haïku attachant comme tous les éclats de vie. Un texte en miroir sur le temps qui passe.

l’oignon
sur la planche à découper
mon maquillage !

Autre écriture minimaliste efficace mise au service de l'humour.

dans le cercueil
teint cireux et bouche cousue
est-ce bien elle ?

Le haïku, c'est la notation de la Vie. Ici, c'est écrire la Mort sans artifices. Hard ! une belle maitrîse de l'écriture.

rue de la Brunante
une corneille picore
le ventre d’un écureuil

Marie Dupuis fait décidément dans le hard ! Un autre haïku construit avec une fin non attentue et qui résonne comme un coup de tonnerre dans un ciel limpide. Elle écrit la Mort "à toucher"...

grésillement
des ailes d’une phalène
j’éteins la chandelle

La Mort à nouveau. Ici pudiquement. Mais aussi hard. Un haïku basé sur des archétypes majeurs : la Mort dans la Lumière, le Feu qui dévore. Un autre trait très fort : éteindre la Mort. Une similitude aussi entre éteindre la lumière et la vie qui s'en est allée. Très riche en significations.

langues déliées
sur le parvis de l’église
l’heure des nouvelles

L'humour grinçant. La vie des communautés sans fard. L3 est original. Il est inattendu alors qu'en fait, il prolonge le sens. Une technique toujours efficace.

boîtes et prie-Dieu
le curé déménage
avec un diable
barda dans la cuisine
sur les touches de la radio
Éléonore pianote

Deux haïkus basés sur un mot à double sens. Humour basé sur un jeu de mot facile mais efficace. On voit "l'image"...

jour de pluie
suçons et réglisse rouge
pour les grands enfants

Une vraie gourmandise que ce haïku. Ecrit à mots voilés, son ouverture nous laisse imaginer le non-écrit... Construction en opposition (pluie extérieure <> intimité chaude) mais aussi en similitude basée sur la lenteur (suçons, réglisse, jour de pluie). Et toujours ce point de couleur rouge (ici marquant le caractère érotique), vraiment la couleur du haïku québecois.

au pas de course
j’entends battre mon cœur
réverbères éteints

Un haïku d'atmosphère. Minimalisme efficace. Ellipse du propos principal laissant une ouverture finale maximale. Rien n'est dit, tout est dit. Chapeau !

Revue par , 2015-08-15

couverture du livre

Suçons et réglisse rouge

Haïku

Editions Tire-veille, 2015
Collection : Haïkusie
ISBN 978-2-9814808-2-8 - (Editions Tire-veille)
- 98 haïkus
- 71 pages, format 10.8x17.8 cm
- Préface du livre par Micheline Beaudry

Pour commander :

Tire-veille : http://ecolenationaledehaiku.com/editionstireveille/ ;