Haiku - tempslibres - Présentation de livre ...

Couchant sur le fleuve.
Angélique Beauchemin

Il s'agit du premier recueil d'une auteure venue sur le tard au haïku. Elle possède cependant une longue proximité avec le monde chinois qui se retrouve au détour des pages. >/p>

Le Temps est le fil conducteur du recueil et ce, selon plusieurs formes.
Le Temps immobile des atmosphères, les échos du passé dans le présent, le futur en germe dans le présent, le Temps lent avec le silence des choses.

Le Temps : le Passé dans le Présent

sa main sur mon sein
mes vieux démons s’allument
bal d’antan
jour froid et venteux
à travers les branches dénudées
se noyait ta voix

Haiku à structure de tanka. Le Temps est présent en écho du passé qui continue une vie dans le présent au travers des choses.

Le Temps linéaire

C'est le Temps linéaire, celui que l'on appelle la fuite du temps. Ici, le haïku entegistre son effet dans le présent. C'est le sentiment de sabi. Le charme des choses qui ont traversé le temps.

cette pierre
choisie pour mon jardin
verdie de mousse
oh ! mes cheveux blancs
d’où vient ce givre
au soir tombant

Le Temps : le Futur dans le Présent

Le Temps qui contient en germe le Futur. Celui des situations prévisibles.

ensiler le blé d’inde
poser les châssis doubles
l’année tire à sa fin

On peut noter ici un cas particulier, celui du Temps cyclique avec le retour des saisons et de leurs activités.

le sol se colore
le soleil recule vers l’ouest
odeur frisquet

Le Temps immobile : les atmosphères

sur l’île oubliée
le grand héron
a niché

L'auteure a le regard. Elle voit et note des situations de la vie courante avec humour ou gravité. Parfois simplement, parfois avec des subtilités formelles...

Juxtaposition

L'auteure place côte à côté des éléments Le lecteur reconstitue la scène avec son vécu et l'atmosphère née de cet effet minimaliste y trouve sa force.

fromage d’ici
vin d’ailleurs
feux de la Saint-Jean
fin septembre
vol de canards affolés
coup de douze

L’humain en humour

Une attention à l'humain, avec un regard décalé.

jeans à la taille
inconvénient pour la cueillette
des pommes
je l’ai vu passer
poussé par le vent
mon vieux voisin

A noter la figure de dislocation que l'on retrouve parfois dans le haïku. Elle permet de reporter un effet de surprise en fin pour lui donner plus de force.

Magie

Pas de belle écriture sans savoir produire de la magie au travers d'un détail, de quelque chose d'infime qui va résonner longtemps en nous.

enfin il fait chaud
dans mon pays de neige
lucioles de juillet
entre les feuilles du févier
se glissent
les étoiles filantes	

A noter le zoom inversé dans ce haïku.

Le regard chinois

L'auteure a une longue expérience du monde chinois. Elle peint à l'encre de Chine selon des techniques traditionnelles. Elle a aussi beacoup voyagé en Chine à l'époque où l'on n'y avait pas encore inventé le tourisme. On retrouve les images de la poésie classique dans son écriture.

dans la brume
on amarre la barque
près de l’île
le bambou plie
sans jamais casser
givre bleu
moines bouddhistes
sur la voie du silence
bourdonnement

Revue par , 2017

couverture du livre

Couchant sur le fleuve.

Haïku

Editions des petits nuages, Ottawa ,
ISBN 978-1-926519-29-6
86 pages, format 12,6x17,7cm
Illustrations de Angélique Beauchemin
106 haïkus, un haïbun.

Editions des petits nuages : petitsnuages CHEZ bell.net