tempslibres - free times haiku database

Analyse de la structure d'un haïku

sortant du docteur
plus lourdes et plus froides
les gouttes de pluie


Virginie Colpart, France
cco 2017-11-2

Haïku météo à structure feuilletée avec deux discours dont seul celui de surface, factuel, est visible. Le discours profond est déductible par le lecteur même s'il n'est pas explicitement exprimé. La force de ce haïku réside aussi pour moi dans son organisation. Le contexte réel ne se déduit qu'à la fin qui porte les connotations de froid, d'hostilité, de phénomène subit. Ce haïku nous prend par le caractère physique des sensations. Le lecteur reconstruit alors le discours à partir du début.

Mots clés

maladie pluie froid hiver

Structure du haïku

Technique(s) utilisée(s) :

* absence - L'élément important n'est pas nommé.
Le haïku est organisé autour d'un élément non nommé auquel chaque image se réfère. L'intérêt est d'économiser la place qui serait utilisée par le fait de nommer l'élément tout en disposant de l'effet qu'il produit.

Le haïku peut apparaitre comme une voûte dont l'échafaudage a été retiré. Si le haïku est bien composé, l'élément principal est absent mais tout parle de lui.

Cette technique permet de retarder le rangement en mémoire car le lecteur doit compléter le discours au moyen de l'élément non nommé pour que le haïku soit compréhensible sans ambiguïté. Il acquiert alors un poids mémoriel plus important.

* S1 - Phrase repliée.
Haiku en une phrase repliée.

* atmosphere - Atmosphère.
Quelque chose se dégage de l'ensemble des éléments composant le haïku. Un climat, une atmosphère. L'auteur ne l'explicite pas. C'est le lecteur que la reconstruit à partir de son vécu.

C'est spécialement ce qui se produit dans le haïku en trois segments aussi appelé "liste de commission", "grocery list". Mais cet effet peut être obtenu autrement.

La mention des sensations liées à la meteo, au goût permet d'ajouter une dimension multisensorielle à l'atmosphère créée.

* meteo - Haïku utilisant la meteo pour créer une atmosphère.
Utilisation dans un segment du haïku d'une référence au temps (conditions météo) qui apporte plus que la mention du temps comme décor. La référence désigne un état du temps qui a des effets physiques (pluie froide, grêle soudaine, givre, ...) ou psychologique (ciel couvert, avis de tempête, après-midi étouffante...). Ces effets sont essentiellement ressentis via la peau (contact, température,...); ce qui relie l'auteur/lecteur au Monde (son environnement direct).

Le temps mentionné et ses effets partagent un ensemble de sèmes (brutalité, imprévisibilité, "froid", climat psychologiquement étouffant, ...) avec la situation vécue par l'auteur.

Un changement brusque et peu agréable de situation partage des sèmes (brutalité, imprévisibilité, impact) avec un orage soudain, une grêle, une averse froide. Un moment dur à vivre, une déconvenue, avec une pluie froide. Un temps couvert d'avant la pluie en partage avec un moment où l'on redoute la survenue d'événements que l'on redoute.

Bien que la meteo serve souvent de marqueur (kigo - mot de saison), il arrive qu'elle apporte plus que la simple localisation dans la saison ou la mention du contexte du moment.

* feuilleté - Discours à plusieurs niveaux de lecture.
Haïkus à deux (ou plus) niveaux de lecture. Un premier niveau objectif parlant d'une situation, un autre sous-jacent qui dit autre chose. Les Chinois sont friands de ce type de discours à plusieurs niveaux.

Ces divers niveaux peuvent être conscients ou inconscients.

On retrouve un peu cette technique appliquée consciemment dans le haïku météo. L'élément météo peut se comprendre comme une allusion au temps et comme à l'ambiance du haïku.

Les deux niveaux de discours sont conscients et disjoints et bien visibles dans le haïku tanka. Mais ils se recouvrent dans le haïku feuilleté.

Tous les haïkus de l'auteur >>>